09/10/2013

Un premier Nobel de physique sur la carte de visite de l'ULB

François Englert.jpg

Le prix Nobel de physique 2013 a été attribué mardi à François Englert, professeur émérite de l'ULB, et au Britannique Peter Higgs, de l'université d'Edimbourg en Ecosse. Il s'agit du premier Nobel de physique décerné à un Belge et du quatrième prix Nobel scientifique d'une personnalité de l'ULB sur six attribués à des Belges. Ce prix important pour la notoriété de l'université devrait propulser la recherche belge à l'échelle internationale. Avec le défunt Robert Brout (de l'Université libre de Bruxelles également), Englert et Higgs ont proposé en 1964 un mécanisme théorique qui joue un rôle essentiel dans notre compréhension de l'Univers. Le boson de Brout-Englert-Higgs impliqué par leurs théories a attendu près de cinquante ans avant d'être découvert en juillet 2012 au grand collisionneur de hadrons du CERN à Genève, en Suisse.


A bientôt 81 ans, François Englert fréquente toujours assidûment son bureau du campus de la Plaine. Natif d'Etterbeek et diplômé de l'ULB, il a été professeur à l'université bruxelloise de 1964 à 1998 et y a dirigé l'unité de Physique théorique en Faculté des Sciences à partir de 1980 avec Robert Brout, décédé en mai 2011.

"La physique, c'est un peu une drogue", a commenté François Englert. "J'ai toujours voulu m'amuser dans ma recherche, j'ai choisi mes sujets selon ma curiosité du moment et le plaisir que j'avais à collaborer avec certains collègues", a-t-il poursuivi. "En 1964, on était passionnés par la piste que l'on suivait, Robert Brout et moi. On ne pouvait imaginer un jour décrocher le prix Nobel", a déclaré le physicien, cité mercredi dans Le Soir. "J'aurais tellement souhaité qu'il soit là pour partager cette récompense pour un travail que nous avons réalisé ensemble", a-t-il regretté. "On ne peut pas ne pas être fier d'être aux côtés de gens comme Marie Curie ou Albert Einstein. Mais je me souviens aussi avec émotion de la première manière dont nous avions célébré notre découverte, mon ami et collègue Robert Brout et moi, dans un petit café d'Ixelles, face aux étangs", a raconté François Englert. "Nous étions persuadés d'avoir trouvé quelque chose de fondamental pour l'avenir de la physique. C'était bien le cas, mais il a fallu plusieurs années avant de voir d'autres chercheurs s'y intéresser vraiment", a-t-il ajouté. "Depuis que le boson a été deviné par les expériences remarquables du CERN pour être finalement identifié, on m'a beaucoup sollicité pour en parler, ce qui m'interrompt chaque fois dans mes recherches actuelles. J'imagine que cela ne va pas s'améliorer", a plaisanté le scientifique.

 

 

19:30 Écrit par Sébastien Cools dans Société | Tags : prix nobel, ulb, science, françois englert | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Hello ! J'ai pu découvrir votre blog sur les sites de recherche. Le sujet qu’aborde votre article est très prenant. J’ai désormais saisi les modalités à suivre. Je vous suivrai sur votre fil RSS. À bientôt. Marc-Antoine

Écrit par : konnor | 01/04/2014

Il a raison, c'est un grand honneur de se trouver placé sur le même pieds qu'Albert Einstein. Comment il a fait? Quand j'étais encore étudiant, on nous taxait beaucoup de recherches. Mais je me suis dit, avec tout ce que les gens ont découvert avant, est-ce qu'il y a encore des choses à découvrir dans le monde? Ce n'est qu'après que j'ai eu une réponse positive. Il faut découvrir les antidotes aux méfait que les progrès ont engendrés.

Écrit par : Laurent | 07/07/2014

Les commentaires sont fermés.