28/06/2013

"Madame Grouwels a épousé la STIB"

Willy Decourty, bourgmestre, Ixelles

Argumentaire à l'appui, la ministre bruxelloise des Travaux publics et des Transports, Brigitte Grouwels, a indiqué jeudi regretter l'intention de l'échevine de l'Urbanisme d'Ixelles, Nathalie Gilson, d'introduire un recours contre le permis d'urbanisme pour les plans présentés en vue du réaménagement du boulevard Général Jacques et de l'avenue Buyl, qui ont reçu la semaine passée un avis positif de la part de la commission de concertation. "Nous faisons simplement usage de nos droits. Insulte-t-on un plaignant parce qu'il se pourvoit en appel?", a réagi vendredi le bourgmestre Willy Decourty dans Le Soir.


"Madame Grouwels a épousé la STIB et il semble qu'elle soit toujours en nuit de noces", a lancé le bourgmestre Decourty, cité vendredi par Le Soir. "(Les transports en commun) ne doivent pas être la seule et unique priorité", a-t-il insisté. "Certains estiment que plus on mettra de difficultés à circuler, moins il y aura de voitures. Moi, je pense à d'autres conséquences, comme les délocalisations, par exemple", a avancé l'élu socialiste. Et le bourgmestre de répéter ses craintes relatives à la mouture proposée: "Ceux qui sortiront de leur voiture côté passager verront leur vie menacée", a-t-il averti. Selon M. Decourty, la réduction des bandes entraînera l'engorgement des quartiers voisins. "Sans oublier que dès qu'il y aura une livraison ou un déménagement, on ne roulera plus que sur une bande", a prévenu le bourgmestre.

"Le boulevard Général Jacques constitue un tronçon important de la Moyenne Ceinture bruxelloise et a dès lors un impact sur la mobilité de toute la Région: le projet de réaménagement dépasse les frontières communales", a recadré la ministre Grouwels dans un billet posté jeudi sur son blog. "Avec les travaux prévus sur le boulevard Général Jacques, j'entends créer un équilibre sain entre les besoins des différents usagers de la voie publique", a-t-elle souligné.

"La situation des automobilistes est problématique", a relevé la ministre des Transports. "Il ressort de comptages que la capacité du trafic automobile est actuellement sous-exploitée. En effet, la capacité actuelle du boulevard Général Jacques est seulement de 1.400 véhicules par heure alors que, sur le ring, la capacité d'une seule bande de circulation peut aller jusqu’à 2.500 véhicules par heure", a-t-elle pointé. "De façon assez contradictoire, les automobilistes y sont souvent à l'arrêt, et ce malgré les nombreuses bandes de circulation. L'infrastructure du boulevard Général Jacques ne répond pas du tout à nos exigences de mobilité du XXIe siècle: une solution s'impose donc!", a entendu démontrer la ministre.

 

Lire aussi: "La Région ne tiendra pas compte de l'avis de la commune"

et Le boulevard Général Jacques à deux bandes et l'avenue Buyl à sens unique

 

Les commentaires sont fermés.